Jeunesse·Non classé

La tête sous l’eau – Olivier Adam

61Dw7K3P+7L.jpg

 

 

Titre : La tête sous l’eau

Auteur : Olivier Adam

Edition : Robert Laffont

Genre : Jeunesse

Pages : 224

Parution : Août 2018

 

 

note3

résumé

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. »

Il se trompait. Ma sœur serait bientôt de retour mais nous n’en avions pas terminé.

monavis

Tout d’abord, j’ai pu lire à plusieurs reprises que ce livre faisait partie de la catégorie des thrillers. Mais ce n’est absolument pas le cas. On ne sait pas grand chose sur le temps ou elle à disparu. Ce livre à surtout pour but de rentrer dans la tête de son petit frère, voir cette disparition et cette réapparition de son point de vue à lui. 

C’est donc Antoine qu’on suit dans ce livre. Il y a peu ses parents, lui et sa sœur ont déménagé, ils ont quitté Paris pour arriver en Bretagne, pas très loin de Saint-Malo. Même si lui, ne le vis pas si mal que ça, pour sa sœur Léa, c’est un calvaire. Mais tout va encore s’empirer le jour ou Léa disparaît lors d’un concert. Plus aucune trace d’elle…

Au début de l’histoire nous suivons donc, son petit frère qui vit avec le fait que sa sœur est disparu, avec toutes les conséquences que cela a engendrer dans son quotidien, avec ses parents, au lycée… Il s’est mis au surf, il passe tout son temps libre dans l’eau avec sa planche.

Les vagues sont hautes ce soir. Elles me frappent, me rouent de coups, s’abattent sur moi avec toute la brutalité nécessaire. A cet instant c’est exactement ce que j’attends d’elles. Qu’elles m’assomment. Me foutent la tête sous l’eau. Me passent au Kärcher. Me nettoient de fond en comble. Et finissent par m’effacer tout à fait. Remis à neuf, essoré, liquidé.

Puis on le suit quand sa sœur Léa réapparaît. Un moment remplie de joie et de soulagement qui va laisser place à une tonne de questions. Que lui ai t-il arrivé pendant tous ces mois d’attentes…
On en apprend un peu plus sur Léa, que ce sois son passé ou son présent, grâce à des mails qu’elle envoie. On peut grâce à ses derniers savoir un peu plus ce qu’elle ressens.

Ma grande sœur perdue puis retrouvée, terrorisée, brisée, honteuse, rongée de culpabilité et de colère, ma grande sœur amoureuse qui voit des ombres menaçantes partout dans la nuit…

Comme je l’ai dit au début, ce livre n’est pas un thriller, cependant on cherche quand même à savoir ce qui s’est passé quand Léa à disparue. Mais je trouve que ce livre à plus un aspect psychologique. Comment faire face à une disparition comme celle-là, sa sœur, ou sa fille. Comment garder la tête hors de l’eau. 

Le vent à bien bastonné cette nuit. Les volets et les fenêtres, tout tremblait. Ça sifflait par la cheminée. On entendait la mer comme si on était dans son ventre. Pour un peu un peu je ne serais pas étonné de trouver des paquets d’écume sur le sol du salon.

C’est surtout sur ça qu’est axé ce livre. On y retrouve plusieurs thèmes difficile à aborder, mais qui sont aborder avec une grande délicatesse. La plume est vraiment très agréable à lire. 

Pour moi, ce n’est malheureusement pas un coup de cœur. Une très belle lecture, mais c’est tout. Je n’ai pas totalement réussi à m’attacher aux personnages. Déjà le fait qu’on mette un temps fou à savoir le prénom du narrateur m’a pas mal perturbé, je me suis même demandé si je n’était pas passé à côté. 

Selon eux ces longues heures que je passe au milieu de l’eau ne sont pas pour arranger les choses. Plus qu’un traitement, ils y voient un symptôme. Une fuite. Une façon très littérale de noyer mon chagrin. De me laver le cerveau à l’eau de mer. Ils n’ont peut-être pas tort…

J’ai trouvé par contre l’écriture de l’auteur très poétique et très belle. Rendant cette histoire encore plus poignante qu’elle ne l’ai déjà. J’ai aussi beaucoup aimé le fait que l’histoire ne sois pas centré sur Léa, celle qui a été enlevé, mais sur sa famille. Je pense donc que ce livre est à lire, mais surtout, il ne faut pas s’attendre à un thriller, mais plutôt une histoire jeunesse. Ce que j’ai préféré, c’est tout ce qui tourne autour de la mer, toutes les métaphores, c’est un énorme plus pour ce livre, j’ai trouvé ça magnifique.

8 réflexions au sujet de « La tête sous l’eau – Olivier Adam »

    1. Avec plaisir, même si je pense être un peu passé à côté, je te le conseille vivement. Je n’ai pas vu d’avis négatif sur ce livre, et la plume est vraiment très belle.

      J'aime

  1. Exactement !
    Moi aussi ça m’a perturbée quand on apprend qu’il s’appelle Antoine au bout de 100 pages… Et je m’attendais vraiment à un thriller, du coup ça m’a un peu désarçonné. Mais c’était une lecture agréable.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s