Non classé·Romance

Comme si on devait mourir demain – Léa Perrin

Titre : Comme si on devait mourir demain

Auteur : Léa Perrin

Edition : Cherry Publishing

Genre : Romance

Pages : 368

Parution : 25 mars 2021

Et si tout s’arrêtait sur une dispute en apparence insignifiante ? Lorsque Lucas claque la porte ce matin-là, Nelya pense qu’il la refranchira le soir. Sauf que… Une autoroute. Un camion. Une vie brisée trop tôt…Que faire quand on perd l’amour de sa vie à 25 ans ? Comment ne pas sombrer et se résigner à avancer sans lui ? Lorsque Nelya fait la connaissance d’Even, cet homme solaire qui croque la vie à pleines dents, elle ne s’imagine pas encore qu’il est celui qui parviendra à lui faire reprendre goût à l’amour et au bonheur. Car, si cruelle soit-elle parfois, la vie ne veut-elle pas la peine d’être vécue comme si on devait mourir demain ?

Merci Cherry

J’ai souvent entendu parler de cette auteure, j’avais donc envie de la découvrir. Par contre je n’ai peut-être pas choisi le bon livre pour ça. Moi qui évite les livres sur le thème du deuil et de la mort depuis quelques mois, j’ai été servi…

Nous faisons la connaissance de Nelya, sa vie vient de basculer, son amoureux Lucas, est victime d’un accident de la route. Lucas dans le comma, va se battre pendant plusieurs mois. Plusieurs mois pendant lesquels Nelya va arpenter les couloirs de l’hôpital tous les jours, elle va mettre sa vie entre parenthèses.

Au détour des couloirs elle va souvent croiser le même homme, celui qui l’avait aidé le jour de l’accident, simplement en ayant une oreille compatissante.

Lui aussi traîne toujours dans les couloirs de l’hôpital, au fil des jours, Nelya va apprendre à connaître cet homme, Even. Il va devenir un vrai soutient pour elle, un roc, un rayon de soleil dans toute cette noirceur.

L’issue n’est pas positive pour Lucas, Nelya va irrémédiablement sombrer, tomber plus bas, jour après jour. Encore une fois, c’est Even qui va réussir à la remonter, à la remonter à la surface, à la faire sourire, et lui faire recroire en l’amour.

Mais le destin réserve encore beaucoup de mauvaises surprises à Nelya, entre moments de grand bonheur et grande tristesse. Nelya nous entraîne dans sa vie et dans ses ascenseurs émotionnels.

La vie me semble telle une balance. Je me demande si pour tout le poids de bonheur qu’on obtient, on doit forcément obtenir la même dose de malheur pour que ça s’équilibre…

Si vous me suivez sur instagram, vous avez peut-être vu ma story disant que j’ai eu un lien un peu particulier avec ce livre, un peu difficile à expliquer d’ailleurs.

Je sais que c’est un livre magnifique, une histoire bouleversante et poignante, mais j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire.

C’est clairement ma faute d’ailleurs, je suis dans une période un peu sombre, j’évite autant que possible de lire des livres sur le thème de la mort, alors clairement ce livre, je n’aurais pas dû le lire, pas maintenant en tout cas….

Cela dit, je n’ai pas détesté, je tiens à le préciser, l’histoire est très belle, les héros attachants.

Nelya a beaucoup de courage, surtout pour affronter tout ce que la vie lui réserve. On a vraiment envie de l’aider, de trouver les mots pour la soulager. On ressent sa détresse, son désespoir et sa douleur.

Sans parler d’Even, ce personnage est tellement attachant, beau, solaire, touchant, il a un cœur en or. Il est parfait en faite, on a toutes besoin d’un Even dans notre vie, il donne envie de croire en l’amour.

Du coup ce qui m’a un peu dérangé dans le livre, c’est le côté un peu trop dramatique. Après le passage avec Lucas, je me suis dit saye, c’est bon le plus dure est passé, le drame est derrière, et bien non pas du tout… Du coup j’ai trouvé qu’il y avait un peu trop de drames dans ce livre. Sacrément manque de chance pour notre petite Nelya, le sort s’acharne sur elle…

Je me sens comme une fourmi devant les marches d’un escalier. Je ne suis même pas parvenue à atteindre le sommet de la première marche que déjà je retombe.

Ce qui m’a un peu gêné aussi dans ce livre, c’est la temporalité. Tout va trop vite pour moi.

Dans un même chapitre, il peut s’écouler des jours, des semaines ou même des mois, sans vraiment de distinction, tout ça dans le même paragraphe.

J’ai eu un peu de mal avec ça, même si je comprends le choix de l’auteure, elle n’avait pas vraiment le choix, pour parcourir toutes ces années dans un même livre.

Outre ces deux petites choses qui m’ont un peu dérangée, je trouve que c’est quand même une magnifique histoire.

L’auteure réussit vraiment à faire passer les émotions, qu’elles soient positives ou négatives, j’ai vraiment tout ressenti. L’auteure nous offre vraiment un ascenseur émotionnel, on sourit devant le bonheur des héros, on pleure devant leur tristesse et leur désespoir.

Ce livre, malgré le thème de la mort et du deuil omniprésent, c’est surtout de l’amour à l’état brut, le vrai, le sincère le beau. Et c’est surtout une bonne dose d’espoir que nous transmet Léa Perrin.

2 réflexions au sujet de « Comme si on devait mourir demain – Léa Perrin »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s